Joyeux Noël

A SÈTE,

Les arbres de Noël ne se couvrent pas de neige mais de mille couleurs

Le traîneau du Père Noël est un chalutier, les « gabians » sont ses rennes et l’écume, sa barbe

Nous illuminons les soirées au delà de la nuit

et nos sardines s’habillent pour la fête toute l’année

A SÈTE, NOËL A LE GOÛT DU LARGE

et la vague apporte le rêve

Qu’il vous soit doux…………….

Premières confidences de cuisine

Samedi 22 octobre

Les Confidences de Cuisine à la Coquerie ont débuté par une belle journée ensoleillée d’octobre… Leslie, Corinne et Jean-Paul ont essuyé les plâtres avec bonne humeur. Nous avons cuisiné une Cocotte Lutée de Foie Gras aux Chataîgnes et des Filets de Rouget en Millefeuille de Brandade.

Pour le dessert, j’avais programmé des figues mais nous avons fait choux blanc au marché et nous nous sommes tournés vers les dernières fraises pour les déguster sous un Craquelin de Citron particulièrement apprécié

Lundi 7 novembre

Pour la deuxième journée « Confidences » le menu était

– Papillon de Langoustines aux Petits Artichauts à la Vanille

– Carré d’Agneau Tra »vert »sé de Basilic, Fagot de Navets Tendres Embeurrés

– Royal au Chocolat, Tagada-Basilic!!!

La pluie nous avait fait une parenthèse, quelques rayons de soleil sont même venus illuminer notre réunion gourmande.

Nicole, Géraldine, Marie-France, Nicole, Mathilde, Jean-Luc et Marie-Noëlle ont travaillé dur, écouté religieusement et dégusté savoureusement…

Félicitations à tous pour votre passion et votre talent!

Le chef vous décerne le diplôme du coeur

et vous donne Rendez-Vous pour de nouvelles émotions partagées….

Ouverture de la Coquerie à SETE

Cher ami, cher gourmand…

Bonjour,

La Coquerie est sortie du port… de SETE.
Mer agitée. Manœuvre réussie. Capitaine et commandant heureux. Co-pilote (Guillaume) parfait!
A bord de notre cuisine sur mer!
nous espérons vous emporter vers de nouveaux voyages savoureux….
Quelques tables, un comptoir, un menu composé à partir du marché: les halles de SETE et notre jardin sur Saint Clair…
Une cuisine résolument méditerranéenne, inspirée par la lumière occitane et ses produits d’exception…
La Coquerie vous accueille depuis le 22 septembre, le « 22 septembre je m’en fous » c’est le titre d’une chanson de G Brassens, un clin d’oeil pour un jour « singulier »
Au dessus du port et du théâtre de la Mer, à l’angle du Cimetière Marin, à 2 pas du Musée Paul Valéry,
l’atelier-restaurant, transparent de discrétion, s’ouvre sur la grande bleue….
Vous pouvez réserver ou nous joindre au 06 47 06 71 38,
Au plaisir de votre rencontre
Anne Majourel
Jean-Luc Majourel
Guillaume Leclère

Rendez-vous au jardin


Avec le retour du Printemps, le jardin se met en tenue de cérémonie. Il revêt nos couleurs préférées, s’irise de nuances nacrées, parfume l’air léger qui fera voler les jupes des demoiselles de mer!

Estragon, ciboulette, fenouil et civette

tendre roquette et mesclun de fête..

Le jardin nous fait tourner la tête!

Le chemin de table est dressé!

Le Mas de l’Amarine

Parallèlement à mon aventure setoise (bientôt des nouvelles), mes amis Alice et Bernard se lancent dans une belle histoire prometteuse, source de saveurs et d’ harmonie. Grâce à une « alchimie rebelle », union de leur « enthousiasme vagabond » et accord parfait de leur « inspiration dés-inhibée », une raison d’hôtes-maison d’être va bientôt ouvrir ses portes au visiteur éperdu d’art.

A Saint Rémy de Provence, ils redonnent vie à un Mas somptueux où nous pourrons dès les beaux jours, savourer la cuisine généreuse de Bernard et l’accueil unique d’Alice.

J’ai eu le privilège de vivre quelques instants de cette mise en beauté.

Je vous recommande ce lieu de charme à ressentir!

A bientôt donc autour d’Alice et Bernard, à qui je souhaite tout le succès qu’ils méritent!

2011, une Nouvelle Anne Naît

Quelle joie de vous retrouver…….

Après quelques mois de silence,                        une année de respiration, des semaines de réflexion, me voilà embarquée vers une nouvelle aventure gourmande!!

Je remercie tous ceux et toutes celles qui ont manifesté leur impatience à connaître la suite.. Pour les rassurer, pour vous surprendre ou pour vous laisser emporter vers de nouveaux horizons savoureux

– un SITE, http://www.annemajourel.fr/ avec des souvenirs et des propositions de services

– un BLOG, http://blog.annemajourel.fr/ pour ne plus perdre le fil et recevoir « articles » et « annonces »

– une adresse MAIL chef@annemajourel.fr à noter sur vos agendas

Et bientôt, un LIEU….

Mais gardons encore un peu le suspens!                                             et réjouissons-nous que l’ ÎLE SINGULIÈRE sur laquelle nous avons échoué, nous offre tant de perles à déguster, même s’il faut ouvrir quelques coquilles !!!!!

Une Nouvelle Anne est Née

Radieuse et gourmande, Confiante et inspirée, Amoureuse et sensible: plus féminine que jamais!

Bonne Année 2011


Saulieu, la mémoire qui inspire

Le relais Bernard Loiseau… 4 décembre 2010, la neige a recouvert la France mais elle ne nous a pas effrayés: nous dînerons ce soir dans ce haut lieu de la gastronomie dont nous rêvions depuis longtemps!

Le jardin sous la neige

Il règne ici une douceur inouie… tout est léger malgré la neige dans le jardin. Chaque objet est à sa place, chaque geste est juste, chaque mot rassure. Jamais le regard ne butte, toujours l’aise est de mise.

Puis, vient le moment de passer à table et tout devient limpide. Une force naturelle se dégage de chaque préparation, quelque chose porte l’inspiration pour permettre la magique harmonie du contemporain et de la tradition.

La salle où est servi le petit déjeuner, classée au patrimoine des monuments historiques (le relais bernard loiseau), nous transporte dans le temps mais dans quel sens… le sens …ationnel!

Cette adresse fait partie de notre histoire alors que c’est notre première visite à Saulieu. Bravo Madame! et merci…

Pâte de Coings de Julie

Julie m’a donné les coings de son jardin. Abandonné, livré à lui-même, son arbre résiste aux années et aux tempêtes… Chaque année, fièrement, il livre son nectar et offre ses fruits, cadeau de la terre et de nulle part…

Une fois frottés et débarrassés des visiteurs, j’élimine les trognons et pépins. Puis couverts d’eau à hauteur, je laisse cuire les morceaux de fruits une bonne heure à feu tendre.

Alors j’égoutte (je garde le jus pour faire de la gelée)et je passe au tamis fin la « compote » obtenue. Je pèse et j’ajoute 80% du poids en sucre (800g de sucre pour 1 kg de compote). Sur le feu toujours tendre, je ne cesse de remuer jusqu’à ce que la pâte prenne un ton d « automne somptueux ». Je verse alors dans un plat creux ou une assiette à soupe comme faisait ma grand-mère. Et nous laissons le temps faire son oeuvre de dessiccation….

Trophée Alphonse Roustan

Lundi 11 Octobre 2010, se déroulait à Nîmes la 1ère édition du Trophée Alphonse Roustan, le nouveau concours culinaire national.

Trophée 2010 à Nîmes

Le Jury en habit de lumière

8 jeunes cuisiniers confirmés se sont exprimés sur un plat et un dessert, autour de produits « Sud de France » imposés.

J’ai participé en tant que Jury à cette journée gastronomique.

Grâce à l’organisation bien orchestrée de Didier Liaudet, sous la Présidence de mon ami Michel Kayser, avec le soutien des 2 associations auxquelles j’appartiens (Maîtres Cuisiniers de France et Disciples d’Escoffier), et la participation de tous les membres du jury : émiments confrères du Languedoc-Roussillon et chefs de renom, nous avons vécu une journée exceptionnelle tant d’un point de vue professionnel que sur le plan humain.

La mise en valeur des produits de notre région a été le moteur d’une dynamique créative. Le niveau de réalisation des recettes et l’engagement des candidats étaient de grande qualité. La rigueur imposée par notre président de jury donne le ton à ce concours qui devrait compter parmi les plus grands en France dès sa prochaine édition en 2012 (étapes de qualifications régionales en 2011).

Courageux à Vailhan!

Dimanche 10 octobre 2010, un peu plus de 10h10… il pleut sur le pays héraultais.

Nous traversons les collines des Terrasses du Larzac, direction Caux et Vailhan. Des noms des domaines enchanteurs, des maisons vigneronnes prometteuses, des pierres gorgées de soleil et l’odeur du vin dégoulinant sous la pluie… nous rempons vers notre destination: une auberge de Presbytère, près d’un lac des Olivettes dans le brouillard, les pieds trempés et en retard..

Voilà une cuisine juste, comme j’aime la recevoir. Pas de chichi mais du sincère. Et net avec ça. La cuisson parfaite, l’assaisonnement subtil, l’équilibre entendu.  Une vraie surprise, découverte que je dois à notre amie Anny. Merci pour cet instant.